Urgence et rendez-vous : 450 430-6060

La maladie du bec et des plumes

La maladie du bec et des plumes (psittacine beak and feather disease)

La maladie du bec et des plumes est causée par un Circovirus. Elle affecte principalement les oiseaux natifs d'Australie, d'Afrique et d'Asie, âgés de 3 ans et moins. Par contre, ils peuvent être infectés durant cette période de leur vie et manifester les signes cliniques plusieurs années plus tard.

Signes cliniques
La transmission du virus s'effectue par l'inhalation des sécrétions respiratoires ou de la poudre de plumes d'un oiseau contaminé, ou par l'ingestion de nourriture contaminée. Une femelle gestante peut aussi transmettre l'agent à ses petits dans l'œuf. Une fois infecté, l'oiseau met entre 21 jours et plusieurs années pour manifester les signes cliniques. On notera alors une baisse de production de poudre de plumes, des plumes difformes, cassantes, présentant des hémorragies à leur base. Les oiseaux meurent généralement 6 à 12 mois après l'apparition des signes cliniques. Cependant, de rares cas ayant survécu à l'apparition des signes cliniques ont été rapportés.

Diagnostic
Le diagnostic peut être posé de deux façons. D'abord, on peut détecter l'agent dans le sang de l'oiseau. Si le test est positif, il se peut que l'oiseau soit infecté depuis un certain temps et que les signes cliniques se manifestent sous peu. Il se peut également que l'infection soit très récente et que le système immunitaire de l'oiseau soit apte à combattre l'infection. On doit donc répéter le test 3 mois plus tard, afin de vérifier si l'agent a été éliminé efficacement de l'organisme ou s'il est toujours présent.

Lorsque l'animal présente un plumage de mauvaise qualité, on peut détecter la présence du virus avec une analyse des plumes endommagées. La présence du virus dans la plume indique que l'oiseau est affecté de façon irréversible, c'est-à-dire qu'il n'est plus apte à éliminer le virus.

Traitement
Il n'existe malheureusement aucun traitement pour cette condition. Les oiseaux qui survivent à l'infection demeurent porteurs de l'agent à vie. Ils doivent alors être isolés de tout autre oiseau et une désinfection fréquente de l'environnement à l'eau de javel diluée est indiquée. Il en va de même pour un oiseau qui ne présente pas de signes cliniques, mais qui est dépisté positif au test sanguin.